Renationalisation EDF : les conséquences et ce qu’il faut comprendre

Le 22/02/2022

Sommaire


    Ce n’est plus un secret, nous faisons face à une crise énergétique importante. Tous les fournisseurs sont touchés par une hausse phénoménale des prix de l’énergie, y compris le géant EDF, le fournisseur historique français détenu à 84% par l'État. Face à cette situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles sont également mises sur la table. Ce mardi, le ministre de l’économie Bruno Le Maire n’a pas écarté l’hypothèse de la nationalisation d’EDF, aujourd’hui endetté de 42 milliards d’euros. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Hopenergie.com vous explique le marché de l’énergie français.

    Les conséquences de la nationalisation d’EDF

    Les conséquences de la renationalisation d’EDF sont que le marché va être bien moins compétitif, et que les concurrents seront de moins en moins nombreux. Les fournisseurs alternatifs pourraient être amenés à disparaître et EDF aurait à nouveau le monopole du marché. Cela veut également dire qu'EDF sortirait de la bourse.

    L’avantage pour EDF est qu’il serait plus facile de financer ses investissements puisqu'il bénéficierait de la signature de l’etat, qui est une garantie très forte sur les marchés

    Un peu d’histoire

    Le 8 avril 1946, on assiste à la nationalisation du fournisseur EDF. Cette opération a pour but de redresser économiquement le pays après la guerre. EDF naît de l’association de près de 200 fournisseurs, répartis sur le territoire français. EDF devient le seul fournisseur d’électricité en France (hors ELD). Cependant, ce monopole ne permet pas de proposer de justes prix aux consommateurs et rend difficile la concurrence au niveau européen.

    C’est pour cette raison qu’en 2007, le marché de l’énergie s’ouvre à la concurrence et de nombreux fournisseurs alternatifs s’installent sur le territoire français et y proposent leurs offres. Les tarifs d’EDF, qui appartient à 80% à l’état, deviennent les tarifs de référence, aussi appelés tarifs réglementés de vente (TRV) ou tarifs gouvernementaux.

    Les actualités de l’énergie

    On note de nombreux aléas sur le marché de l’énergie depuis 2020. Et la renationalisation d’EDF est discutée depuis 2019 déjà. Aujourd’hui, voici ce qu'il se passe sur le marché de l’énergie français.

    Comment en est-on arrivé à cette situation ?

    C’est très simple. Les fournisseurs ont vu le prix de l’énergie augmenter de près de 44% ! Ne pouvant décemment pas augmenter leurs tarifs auprès de leurs consommateurs, c’est l’état qui a épongé au maximum cette augmentation. Les consommateurs ont vu leur facture d’énergie augmenter, mais cela de façon bien moins importante que ce qui aurait pu arriver sans l’aide de l'État. Ainsi, c'est EDF qui a dû vendre son énergie aux fournisseurs alternatifs, à des prix dérisoires. EDF vendait son énergie à perte et cela a contribué à creuser son endettement.

    D’autres fournisseurs ont dû tout simplement stopper leurs offres et même la fourniture d’énergie auprès des consommateurs. Leurs offres tarifaires d'électricité ne leur permettaient pas d’éponger leurs dépenses; ils ont sombré. La crise qui affecte aujourd’hui le marché de l’énergie est sans pareille, et les mesures que peut prendre le gouvernement sont limitées.

    L’économie du marché de l’énergie

    Les difficultés auxquelles EDF est confronté sont tellement importantes, que l’état, son principal actionnaire, peut avoir intérêt à reprendre totalement la main. De plus, l’action boursière d’EDF est de plus en plus compliquée : le cours d’introduction en bourse EDF était de 32 € en 2005, grimpe jusqu’à 87 € quelques années plus tard, puis chute en 2011 à 4 €, et ce cours se maintient depuis. Cela fait donc 11 ans que l’action boursière d’EDF est à perte.

    Edf est détenu à 84% par l'État et seulement à 3% par les petits actionnaires.

    Vu le cours actuel de la bourse EDF, la nationalisation du fournisseur historique ne serait pas inintéressante pour l'État.

    Nationalisation "temporaire"

    Il se peut que le gouvernement opte pour une nationalisation "temporaire". Cela impliquerait la réorganisation de l'entreprise autour de deux pôles :

    • un 100% public avec le nucléaire et les barrages (EDF Bleu);
    • l'autre, coté en Bourse comprenant les énergies renouvelables et les réseaux (EDF Vert)

    Avec la nationalisation d'EDF, la Commission Européenne exigerait du gouvernement français de séparer les activités de l'entreprise mais également de garantir la concurrence dans les autres pans du secteur énergétique français, notamment le renouvelable.

    Nationalisation d’EDF : les enjeux politiques

    Le président Emmanuel Macron a mis en avant le fait que la renaissance du nucléaire français prolongerait la durée de vie des réacteurs plus anciens, tandis que la construction de huit nouveaux réacteurs serait guidée par EDF. Cela a cependant entraîné de nombreux problèmes techniques entraînant la fermeture de certains réacteurs nucléaires d’EDF.

    Monsieur Macron a déclaré que des dizaines de milliers d’euros de financement public seraient utilisés pour financer des projets et sécuriser les fonds du FED, sans oublier la déclaration du gouvernement, mettant en avant le fait que toutes les options seraient discutées, y compris la nationalisation complète.

    photo_marion.jpg

    Marion Demézières

    Etudiante en Mastère Économie Sociale et Solidaire, Marion s'intéresse aux politiques d'énergies renouvelables. Elle a rejoint l'équipe de rédaction pour faire de la veille sur les nouveaux acteurs du marché.

    Comparez et économisez 350€

    je compare !

    Sommaire

      je compare !