Comparez les offres d’électricité
Le comparateur d’électricité
Tous les acuts Hopenergie

L’électricité en heures creuses, moins avantageuse pour les consommateurs

Le 20/12/2020

Sommaire


    La plupart des fournisseurs d’électricité mettent en vente deux options différentes d’abonnement. La première option, basique, propose un prix du kWh constant à toutes les heures et à toutes les périodes de l’année ; à part les moments où le prix global de l’électricité monte dans le pays. La seconde option tarifaire, dite “heures pleines / heures creuses”, admet un tarif différent selon le moment de la journée, et l’électricité est alors moins chère à certaines heures, notamment la nuit. Quelques fournisseurs étendent même une remise d’électricité durant les week-ends et jours fériés.

    Heures pleines et heures creuses

    Le prix différencié selon les heures est censé permettre d’effectuer des économies pour nombre de consommateurs. Près de la moitié de ceux-ci (45% des ménages environ) disposent d’un abonnement avec cette option à dualité horaire. L’électricité en heures pleines ou creuses permet de payer sa consommation différemment selon le moment de la journée.

    Ce système a été pensé il y a une cinquantaine d’années pour deux raisons :

    • Permettre à nombre de foyers, principalement les plus gros consommateurs, de réaliser des économies budgétaires.
    • Lisser la consommation globale du pays sur la journée, pour éviter notamment les pics de consommation pendant les horaires de jour.

    Sur quelles heures est-il donc possible de réaliser des économies ? En réalité, cela peut être très différent selon votre localisation. Vous ne pouvez pas choisir les horaires qui vous semblent avantageux ; ces heures sont fixées par Enedis au cas par cas, en fonction des zones géographiques. Ainsi, l’option “heures creuses” ne concerne pas les mêmes heures selon que vous habitez à Paris, Lille, Lyon ou encore Orléans. Si vous souhaitez souscrire cette option lors d’un changement de contrat d’électricité, il vous est donc nécessaire de vous renseigner !

    Quelques caractéristiques sont tout de même communes à ces heures creuses, ou que vous vous trouviez. Ces heures sont généralement la nuit — soit en totalité, soit en majeure partie. Cela peut être entre 22h et 6h du matin, ou encore entre minuit et 8h du matin. Il est également fréquent que des heures creuses soient proposées en début d’après-midi. Depuis 2005, les communes doivent proposer un ou plusieurs créneaux qui concernent 8h en tout dans une journée.

    Une offre pas adaptée à tous

    Quel est l’intérêt de ce tarif ? L’utilisation courante de l’électricité se fait en effet majoritairement le jour. Toutefois, nombre de foyers, comme les familles nombreuses et/ou ceux disposant de plusieurs appareils électroménagers plutôt gourmands peuvent être attirés par cette option. Elle leur permet en effet de programmer ces appareils la nuit, surtout pour ceux qui doivent tourner pendant une longue période.

    Cela concerne par exemple un ballon d’eau chaude électrique (cumulus), un lave-vaisselle, un lave-linge, un sèche-linge… ou encore une voiture électrique ou une piscine. Ces appareils peuvent parfois représenter à eux seuls bien plus de la moitié de la facture d’électricité d’un ménage. Il n’est pas anodin d’identifier les appareils les plus consommateurs chez vous ! Cela peut alors permettre de réduire sa facture d’électricité et faire des économies substantielles.

    Les offres HP/HC souvent plus chères

    Toutefois, cette option tarifaire souvent abrégée en “HP/HC” (heures pleines / heures creuses) ne présente pas que des avantages. Cette option n’existe pas pour les toutes petites consommations, soit celles inférieures ou égales à 3000 MWh dans l’année. Par ailleurs, avec les contrats heures pleines / heures creuses les contreparties sont drastiques pour pouvoir réaliser des économies. À titre d’exemple, dans les tarifs réglementés en vigueur de l’électricité qui correspondent au tarif “bleu” chez EDF, la part fixe mensuelle de cet abonnement est plus chère avec cette option. Pour un ménage à 6 MWh par an, cela représente 10,66€ TTC en tarif “base”, contre 11,60€ TTC avec cette option tarifaire.

    Cette option implique aussi que les kWh d’électricité consommés en journée sont plus chers que le tarif moyen sans dualité horaire. Ce dernier, toujours en tarif bleu, s’élève à 15,57 centimes à prix constant, contre 17,98 centimes en heures pleines : une différence de 15,5% environ, qui n’est pas anodine. Le tarif en heures creuses pointe quant à lui à 13,44 centimes par kWh, soit une différence de 13,7% “seulement” ! Les économies ne sont donc pas garanties avec cette formule ; il faut bien prendre le temps de programmer ses appareils électroménagers la nuit, ce qui suppose un certain effort.

    Des économies pour les consommateurs ?

    De manière générale, les offres avec heures creuses (ou super creuses, qui tendent à se développer ces dernières années) semblent avoir aujourd’hui du plomb dans l’aile. Plusieurs organismes de consommateurs, voire des fournisseurs d’énergie eux-mêmes, pointent du doigt un mécanisme bien moins adapté qu’auparavant. Pour que cet abonnement soit économique, il est estimé qu’il faut au moins que 50% de la consommation se réalise pendant ces heures creuses — contre encore 30% il y a quelques dizaines d’années.

    Il a été identifié plusieurs causes à la perte d'intérêt de ces offres. Les augmentations successives du prix de l’électricité ont plus durement affecté les options avec horaires différenciés : les tarifs réglementés de cette option ont augmenté de 3,1 points de plus que l’option “base” ces quatre dernières années. Deuxièmement, les appareils électroménagers sont bien moins énergivores qu’il y a encore 20 ans. Les prouesses technologiques de ce secteur ont permis de gros progrès. Enfin, la consommation de jour tend à augmenter chez les particuliers avec par exemple :

    • L’utilisation d’objets connectés (smartphones, ordinateurs).
    • Le chauffage électrique qui tend à se généraliser
    • Les nouvelles habitudes des Français liées à la généralisation du télétravail.

    Toutes ces raisons font dire à nombre d’acteurs que l’option tarifaire est de moins en moins avantageuse. Il s’agirait d’une offre en réalité inadaptée pour plus de 4 foyers sur 5. Diverses estimations pointent un manque à gagner énorme à cause de ces offres : les ménages dotés de cette option perdraient en moyenne 45 à 50€ par an. Il ne tient qu’aux acteurs en question de s’adapter, qu’il s’agisse de l’État via ses tarifs réglementés ou des divers fournisseurs. En attendant, vous pouvez toujours vérifier de votre côté si cette option est plutôt rentable pour vous, en effectuant une simulation.

    gersy.jpg

    GERSENDE SABRAN PONTEVES

    Sommaire

      Utilisation des cookies

      Hopenergie.com utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure expérience possible. En poursuivant votre navigation vous acceptez cette utilisation. En savoir plus

      NonOui
      je compare !